Ce qu’on ne nous dit pas… À propos des montées de lait !

20130212-173123.jpg

[Âmes sensibles s’abstenir]

Les montées de lait …
C’est un peu comme essayer de transformer une balle de tennis en ballon de rugby,
Ou comme essayer de rentrer un bon 40 dans une paire d’escarpins en 36,
Ou encore comme souffler dans un ballon de baudruche jusqu’à atteindre le point critique d’explosion.

On se retrouve avec deux pastèques qui viennent remplacer notre petit 85B … On se retrouve avec le circuit autoroutier français dessiné en filigrane sur notre poitrine.. Et, n’ayons pas peur des mots, on a mal !!

Franchement j’aurais au moins apprécié être prévenue de cette douleur qui pour moi a été bien plus forte que celle des contractions..

Les 24/48h qui suivent l’accouchement.. Tout va bien, tranquillement. On sécrète par petites doses notre colostrum, ce liquide jaunâtre (oui, on a connu plus classe) riche en protéines et anti-corps nécessaire à l’immunisation du nouveau-né. On ne se doute pas une seconde de ce qui nous attend après. Donc quand ça arrive, passé l’effet de surprise, on douille sévèrement !!

Je me rappelle encore ne même plus supporter mon t-shirt, les restes de l’épisio à côté c’était juste de la rigolade ! Quant à Papa Ours qui louchait sur sa nouvelle femme à l’allure siliconnée, je peux vous assurez qu’il n’a eu que le privilège de regarder, et de loin !!

Et puis après avoir appelé les sages-femmes à la rescousse, elle m’ont encore été d’une grande aide en disant qu’elles ne pouvaient rien faire.. Que ça allait durer quelques 48h.. Le temps que le corps produise le lait en fonction des besoins de bébé. Autant vous dire que pour le coup, je n’avais pas envie de m’extasier sur la beauté de la Nature et de sa faculté à s’y bien faire les choses.

J’ai envoyé Papa Ours m’acheter en urgence un tire-lait.. Et au moment où j’allais me soulager, je me suis vue arrêtée dans mon élan par un médecin scandalisé qui m’a fortement déconseillé de le faire, parce que pendant cette phase cruciale des 48h, au plus on tire de lait, au plus le sein va en produire.. J’avais du mal à imaginer comment cela aurait pu être possible vu l’état de ma poitrine, m’enfin bon, j’ai préféré ne pas prendre le risque !

Je ne trouvais pas de position capable de me soulager, je n’arrivais pas à dormir, je redoutais la tétée de bébé tant c’était douloureux… Je n’arrivais même pas à apprécier cette poitrine qui m’amenait à la quintessence de ma féminité. Alors ajoutez y le fait que bébé avait des difficultés à se nourrir et que, j’avais au bas mot, 5 sages-femmes accrochées à mes seins… J’avais juste envie de me barrer en courant en abandonnant mes deux jerricanes de lait au coin d’une rue.

Heureusement après 48h, certes douloureuses, le plus dur est passé, le rythme de production de lait s’étant parfaitement calqué aux besoins de bébé… (On croirait vraiment entre parler le PDG de Candia à propos de l’économie florissante de son industrie).

Pour le reste, on mouillera juste nos jolis petits hauts à chaque pleur de bébé… Outre le ridicule de la situation si on est en rendez-vous avec son banquier, c’est un moindre mal!

13 thoughts on “Ce qu’on ne nous dit pas… À propos des montées de lait !

  1. Mdr je compatis bien que je n’ai pas voulu allaiter, mais je connais la montée de lait, parce que pour mes deux grossesses, à la fin des trois semaines de traitement pour couper l’arrivée du lait, j’ai eu les montées de lait ! … C’est affreux comme douleur c’est clair. Le côté comique de l’histoire c’est moi sur mon canapé en train de chercher une recette miracle sur le net pour me soulager ! Je trouve quelque chose comme “appliquer des feuilles de chou vert sur les seins” … Donc Flo part chercher un chou au primeur du coin, on se retrouve à faire les découpes des feuilles (oui parce que le mamelon ne devait pas être sous la feuille lol) et voilà comment j’ai passé quelques jours avec des feuilles de chou dans mes soutifs… Glamour assuré !

    • Haha je connaissais pas le coup des feuilles de chou :))))) solution de grand-mère bonjour :)… Mais si ça soulage hein… Je crois qu’on serait même prêtes à aller acheter notre pain couvertes de la tête aux pieds 🙂

  2. Oh j’ai l’impression de me lire! Il m’est arrivé la même chose, des douleurs insoutenables… Et personne n’avait le droit d’y toucher, même pas le pommeau de douche! Heureusement que ça n’a pas duré des jours…

  3. Je m’en souviens très bien aussi. Pour le premier, j’ai cru qu’ils allaient exploser, (je me demande comment j’ai fait pour éviter les vergetures). Je suis passée d’un 85B à un 100C, je ne me reconnaissais plus! Ils étaient tellement tendus… Je suis heureuse d’avoir retrouvé mon tout petit 85B (voire plus petits encore) 🙂

  4. Tout pareil…et oui pourquoi on ne nous prévient pas?! Pour moi ça se sera soldé par un arrêt de l’allaitement au bout de 3 semaines malheureusement, les douleurs n’ayant jamais baissées.

  5. Et moi j’ai eu un idiot de pédiatre qui plutôt que de laisser le temps que les choses se fassent “naturellement” m’a intimé l’ordre de boire l’équivalent de 6 litres par jour parce qu’il trouvait que ma montée de lait tardait. Résultat le 3e jour j’ai cru que j’allais exploser sans compter que je me suis rapidement rendue compte que je souffrais du fameux réflexe d’éjection fort. Joie dans la casba!

Ajoutez votre grain de sel :) !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s