Quand on prend la décision de se rendre aux urgences pédiatriques

20130409-160040.jpg

Un bébé qui vomit… Ça peut arriver… on laisse passer, en restant vigilant et en l’hydratant..
Quand bébé vomit 10 fois dans une journée, ça peut commencer à inquiéter…

Un bébé qui a de la fièvre… Ça peut arriver… On surveille sa température (souvent) … en analysant son comportement.. Si bébé continue à faire sa petite vie tranquillement malgré une poussée de fièvre, en règle générale, c’est pas encore l’heure de se faire du souci (ça tombe bien, j’avais session shopping)!
Quand bébé a des poussées à plus de 39, qu’il est éteint et collé à sa maman alors que d’ordinaire il est plutôt indépendant.. Ça peut suffire pour faire grimper l’inquiétude maternelle à son sommet !

Combinez les deux paramètres, ajoutez y un retour des pays tropicaux.. Et vous obtenez le portait d’une maman tourmentée, perdue, affolée se rongeant les ongles jusqu’au sang (ou se faisant sauter ses capsules tout fraichement posées – au choix) prenant sans même chercher plus loin la direction des urgences pédiatriques !

C’était la semaine dernière.. Je me souviens de chaque détail. À la sortie du TGV, ma fille brulante..
Arrivés à la maison: 39.8 de fièvre.
En voiture elle n’arrivait même plus à tenir sa tétine en bouche.

On fonce direction l’hôpital de Laveran (spécialisé dans les maladies tropicales) à Marseille en se disant qu’ils seraient les plus à même de prendre en charge ma puce … Malheureusement ils n’avaient pas de services pédiatriques.. Donc ils l’ont quand même ausculté, vérifié qu’il n’y avait pas d’urgence vitale, et nous ont envoyé à l’hôpital Nord..

Sur chacun des trajets, je ne vous explique même pas les mille et une pensées qui ont traversés mon esprit terrifié… Pensant déjà au pire avec une malaria qu’on aurait laissé trainer !

Arrivés aux urgences pédiatriques, nous avons rapidement été pris en charge… Expliqué maintes et maintes fois notre parcours et nos inquiétudes.. Inquiétudes rapidement partagées par les différents médecins que nous avons été amenés à rencontrer…

On nous annonce qu’elle va subir un bilan sanguin complet, analyse des selles et des urines, et la fameuse goute épaisse.

20130409-160241.jpg

Une fois les prélèvements effectués, on nous annonce une attente de 3h pour les résultats.. Bizarrement à ce moment là j’étais plus sereine. Mon bébé avait été examiné, s’était enfin endormi… Et il ne nous restait plus qu’à attendre..

Et puis..

2h du matin, le pédiatre nous demande de rentrer dans la chambre, de nous asseoir, elle doit nous parler.

J’ai le feu aux joues, le coeur qui cogne, les larmes qui montent… J’arrive même plus à me contrôler.. Alors que rien ne nous a encore été dit (Coeur de maman chamallow) !

Elle nous explique simplement (à ce que j’ai cru comprendre entre les lignes et en déchiffrant leur jargon médical comme si nous aussi on sortait de 7 années d’études spécialisation- termes-incompréhensibles) : il y a un truc bizarre aux niveau des analyses sanguines, on ne sait pas quoi. Le labo pour la goute épaisse est fermé la nuit. Va falloir faire des examens complémentaires. Il faut l’hospitaliser. On doit la perfuser. Merci. À demain !

20130409-160556.jpg

Waow, prends toi ça dans les dents, digère le, essaye de refaire surface, récupère un semblant de dignité, assure, t’es une maman m*rde !

Bref, on monte en chambre. On passe une nuit agitée. Avec un seul lit accompagnant et un lit cage pour bébé.. On s’est retrouvé le lendemain matin avec un Grizzly qui avait passé la nuit à même le sol, et moi contorsionnée dans le lit accompagnant pour faire un peu d’espace à une Loulou enroulée à sa perf.

Pas de nouvelles des médecins jusque 17h.. Autant dire que l’attente était interminable.. Heureusement je voyais que ma fille reprenait du poil de la bête.. Recommençait ses sourires de clown.. Avait envie de bouger.. Bref je regagnais confiance.

20130409-160718.jpg

À 17h on nous annonce que la malaria est définitivement écartée (je fonds de soulagement), et qu’ils vont continuer à chercher dans les maladies tropicales (typhoïde etc…). On nous annonce aussi qu’on devra encore surement rester en observation encore au moins 48h. La nuit l’équipe baisse le débit de la perfusion, elle refait une poussée de fièvre, on lui administre du Doliprane, elle dort comme un ange.

Le lendemain, le médecin d’astreinte nous rend visite. On lui explique les événements.. Il nous rassure en nous disant que les maladies tropicales les plus communes sont écartées. Qu’elle a surement attrapé un virus dans l’air.. Qu’on va lui enlever sa perf dans la matinée, et qu’on pourra partir à midi (????). Entre un médecin qui voulait nous garder encore au minimum 48h et lui qui nous relâche le lendemain matin.. Y’a comme une incohérence.. Mais voyant ma fille courir partout en l’absence de sa perf, retrouvant sa joie de vire.. J’ai pas hésité, fais mes valises, et pris le chemin du retour home-sweet-home.

20130409-161005.jpg

10h aux urgences, 48h à l’hôpital, un bébé perfusé, un coeur de maman ayant subi un sacré yoyo émotionnelTout ça pour ne pas avoir su finalement ce qui l’a tracassée.. Mais le principal dans le fond était d’avoir une réponse négative associé aux maladies tropicales… Ça, c’est fait !

26 thoughts on “Quand on prend la décision de se rendre aux urgences pédiatriques

  1. Elle est courageuse cette petite ! Et maman et papa aussi ! Quel stress !
    J’ai vécu ça quand j’ai ramené ma fille de 3 jours à la néonat ! Mauvais souvenirs !

  2. Waouh! Quelle frayeur tu as du avoir!Sans savoir ce que ta puce a eu en plus…Comme tu dis, l’essentiel étant qu’elle aille mieux! Des bisous à vous!

    • J’ai eu droit à quelques ascenseurs émotionnels condensés sur une période de 48h ouais.. Ça fait beaucoup.. Mais des qu’on les voit regagner la pêche on oublie le reste.. Même la douche qu’on rêve de prendre et le pyjama d’enfiler ça passe après ! 🙂

  3. Cette trouille que vous avez eu, je crosi que j’aurai été en totale panique à votre place. Pauvre bichette, de toute façon même pour un virus lambda c’était assez violent vous avez bien fait de l’emmener.

    • Oui j’aurais pas pris le risque de la laisser encore 24h comme ça… La panique j’ai +/- su la gérer mais le contre-coup m’a achevé ! Enfin bon le principal c’est qu’elle aille bien.. Le reste, à moi d’encaisser 🙂

    • Avec cette espèce de peur viscérale et cette petite voix intérieure qui te balance en boucle : “et si…et si…” … A l’annonce des résultats négatifs c’est là que je me suis écroulée en fait.. Trop de pression accumulée en 48h.. Mais elle n’a rien, elle a retrouvé la pêche.. J’ai récupéré de deux nuits blanches.. Life goes on 😉

    • Et oui… Malheureusement je suis sûre qu’on en verra d’autres.. Mais c’est vrai que c’est dur… Surtout quand tu te vois toujours en train d’imaginer le pire..

    • Oh oui.. Surtout qu’on est jamais préparé à affronter ça.. Bon il n’y avait rien au final mais on a passé 48h d’angoisse .. Pas facile pour le cœur d’une maman !

  4. Oh bah Pauv petite Loulou! Je suis allée plusieurs fois aux urgences ped mais plutôt pour des grosses chutes…c’est dur dur de voir nos ptits souffrir sans rien savoir.
    Sinon, elle est choupi avec l’ipad!

  5. Ouf… pauv’choupette avec son ENORME bandage sur la main… et y’a pas à dire, le lit cage, ça manque franchement de chaleur… belle frayeur en tous cas! vous espère en pleine forme tous les trois maintenant!

    • Merci de ton message… Oui le lit cage elle l’a eu en horreur des le début.. En même temps aurais été pareille 🙂 !! Sinon ça va elle a retrouvé sa pêche.. Moi un peu moins (je vieiliiiiiiiis !!)

Ajoutez votre grain de sel :) !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s