ChocoCHOCOLAAAAAAT {Ça jacasse}

20130525-163954.jpg

C’était en janvier 2011, aux alentours de minuit. Je rentrais de l’école, crevée. Après une douche brulante, j’enfile mon pyjama et je file au lit. J’ai surement du me caler devant un énième épisode de Desperate Housewives ou d’Ally MacBeal (bon au final on s’en fout pas vrai?). Bref… Je me couche et j’ai eu envie de chocolat. Une envie compulsive et obsédante. Manipulation de l’esprit ou pas, mais à ce moment là, chaque abdo de Mike Delfino se transformait en mignonnette Côte d’Or dans lesquelles j’aurais bien planté un coup de dent …

Une envie qui m’a fait sortir de ma couette bien chaude, qui m’a fait poser les pieds sur un carrelage glacé, qui m’a fait fouiller mes placards à la recherche d’un reste de tablette Nestlé (toujours portée disparue à ce jour d’ailleurs). Je crois qu’à ce moment là, même un vieux Smarties décoloré/périmé/écrasé n’aurait pas subsisté à mon passage … Malheureusement (heureusement?) pour moi, aucun Smarties à l’horizon… Le vide cacaotique intersidérale !!

C’est comme ça que, ce jour là, à minuit et des cacahuètes (mmmh chocolat/noisette…*bave*) j’ai enfilé mon plus beau peignoir et c’est cheveux-en-bataille- valises-sous-les-yeux que je suis allée frapper à la porte de mes beaux parents à la conquête d’un Ferrero-Rocher (je les avais repérés dans le tiroir du buffet – pas folle la guêpe !). Le rouge aux joues, je suis repartie mon petit ballotin sous le bras… (Merci Mumu :)).

Cette nuit là je me suis goinfrée de chocolat. Je n’ai même pas cherché à comprendre. Je déballais, je dévorais… Tout ça dans un enchainement presque mécanique parfaitement maitrisé (ça fait flipper hein?!) !

Le jour où j’ai vu les deux traits se dessiner sur mon ClearBlue j’ai compris. Même si ça me semblait improbable, si j’attachais plutôt ces grandes théories au mythe qu’au phénomène scientifique, j’ai bien dû l’admettre. J’étais enceinte et j’avais des envies. Moi qui étais plutôt portée sur le salé, je me suis découvert une passion pour les fortes teneurs en cacao. Pour le coup, j’ai remercié mon capital génétique de ne pas avoir d’antécédent diabétique…

Pendant 9 mois mon frigo est devenu le temple de Suchard et Lindt, mes placards un hommage à Brossard. Loin des envies les plus folles et originales, je suis resté assez classique… Mais j’avoue que pour le bien de mes hanches j’aurais préféré être obsédée par du St-Moret Light ou de la Vache qui rit (poke les filles – la poulette et la dinde). Et ouais, le chocolat ça pardonne pas… 22 kg en 9 mois.. Qui dis mieux?

20130525-162949.jpg

Et sinon, comment ça se passe les nuits d’un bébé qui voyage ?

20130520-215408.jpg

Depuis l’arrivée de notre Pichou on mène une vie de nomade. On ne s’arrête pas. Jamais la même chambre, jamais le même lit, jamais la même maison… Des environnements diamétralement opposés, des nouvelles têtes constamment, un entourage qu’il est difficile de s’approprier tant il est changeant.

Elle m’a fait ses nuits à deux mois (je vous en parlais ici et ici), et c’est à ses cinq mois qu’on a vraiment commencé à la chambouler “géographiquement” parlant.

Je suis partie au Rwanda chez mes parents pendant que Grizzly préparait notre arrivée au Nigéria. Dépassée par les événements et ne supportant pas ses larmes, j’ai dormi avec elle pendant trois mois. À mon retour en France elle a accepté de retourner dans son lit (qui était dans notre chambre, faute d’espace). Et puis on est partis tous ensemble au Nigéria. Je l’endormais dans mes bras, la déposait dans son lit et la récupérait dans le nôtre au premier pleur la nuit. Je sentais qu’elle avait besoin de réconfort et n’avais pas le coeur de la forcer à dormir dans son lit. Puis j’ai continué mes allers-retour Nigeria/Rwanda avec toujours le même scénario. À ses 1 an, elle a (enfin!) eu sa chambre au Nigéria et j’ai pris la décision de l’y faire dormir. Après deux nuits de pleurs (20 minutes au moment du coucher…20 longues minutes où j’avais l’impression qu’on m’arrachait le coeur) sa chambre s’est officialisée. Elle me réclamait le coucher. On avait notre rituel. Tout se passait bien. Et puis il a fallu rentrer en France. Vu notre situation professionnelle, on loue des meublés au mois, et donc on change de maison souvent. J’ai l’impression qu’à chaque maison, un nouveau rituel s’impose. Quand parfois elle a besoin de moi jusqu’à ce que ses yeux se ferment, d’autres fois je dois sortir de la chambre en douce pour éviter les pleurs… J’ai surtout remarqué que finalement quoi que je fasse elle a besoin d’au moins deux semaines d’acclimatation. Pendant ces deux semaines j’ai peur de l’échec… Je me dis qu’encore une fois tous mes efforts vont être réduits à néant… Je m’en veux de lui imposer ce rythme…

Et puis quand je vois qu’elle ne secoue plus la tête quand je lui dis qu’on va au lit. Quand je la regarde chercher sa veilleuse pour l’installer dans son lit. Quand je ne dois pas m’enfuir de la chambre mais que je peux lui poser un baiser sur le front et lui souhaiter bonne nuit tout en fermant sa porte. Quand je n’entends aucun cri. Quand je repasse la tête discrètement 15 minutes plus tard et que je la vois dormir si paisiblement, je me dis que je peux être fière de nous.

Fière de ma patiente, fière de son adaptabilité…

À maman qui voyage je lui dis qu’il faut de la patiente, qu’il faut rassurer bébé tout en lui proposant sa chambre et des rituels, qu’il faut l’entourer de quelques repères qui lui sont familiaux et qui pourront vous suivre (la même luciole, le même tour de lit, la même veilleuse…). Ne pas baisser les bras, ne pas renoncer… Bébé a besoin de sa chambre, papa/maman aussi !

PS : je repenserai à lire cet article lors de ma prochaine crise d’angoisse quand je serai découragée par les premiers couchers difficiles d’une nouvelle maison 🙂

PS 2 : mais quel bonheur d’aller la chercher dans son lit le matin et de lui grappiller des câlins dans notre lit le temps du biberon 🙂

20130520-215720.jpg

Tribway ou le social-shopping (vous voulez gagner un iPad mini?)

20130513-093000.jpg

Comment ça j’ai encore un train de retard?

Bon Ok… Démasquée pour démasquée je pas vous faire l’affront de vous la jouer genre : “Haaaaaan, mais je vous ai toujours pas parlé de Tribway? Quoi? Vous connaissez pas? Rooo la loose !!”

Pour être tout à fait honnête j’ai découvert la plateforme il y a tout juste une semaine… Si j’étais un peu perdue au début, j’ai vite pris mes marques… Et je trouve le principe plutôt sympa.

On se constitue une “tribu”, on peut choisir des “guides” (à l’inverse on peut être nommé “guide”)(trop la classe hein?!), on bénéficie d’une base de shopping catégorisée et centralisée, on peut recommander des produits à nos amis, on peut aller “fouiner” du côté de nos “serial-shoppeur-influenceur” pour voir ce qu’ils ont déniché récemment en terme de fringues-électroménager-jouets :), on peut “liker” le dernier toaster trop funky, on peut ajouter à sa “wish listla bague / paire d’escarpins / robe de nos rêves ( Astuce : On laisse la page ouverte sur le PC de Chéri… On espère qu’il saisira la subtilité et qu’il fera l’impasse sur Moulinex pour nos 30 ans au profit d’un cadeau qui nous fera VRAIMENT plaisir ) , et puis on peut aussi faire des listes, plein de listes avec plein de choses dedans… Kiffant non?

20130513-092658.jpg

Bref, je crois que je suis devenue accro… J’aime, je wish, je liste, je recommande, je commente, je partage, et je vote… (Elle vote? C’est quoi cette histoire encore? Ça sent le coup fourré!!)

Oui je vote et évidemment (tiens, si tu le cherchais encore, il est là le coup fourré) j’ai besoin de votes… Tribway a lancé un concours pour les blogueurs. Concours qui se termine le 24/05… Les 10 premiers de leur catégorie passeront devant un jury de grande envergure qui désignera le gagnant… Bon même si je sais que je n’ai que très peu de chance de gagner vu les concurrents (moi mini blogueuse face aux géants qui ont plus de 3 ans d’existence sur la toile.. Un peu Kamikaze la meuf) … J’ai quand même voulu m’y risquer… Après tout qui ne tente rien n’a rien… Au mieux que je suis dans le top 10 – au pire je me dirai que je le savais (larme à l’oeil, ongles en sang)…

J’en appelle donc à votre soutien 🙂 !! Si vous m’aidez vous pouvez même remporter un iPad Mini (désolé pour le racolage outrancier mais je mets les chances de mon côté hein, faut pas m’en vouloir)… Le principe est simple :

– vous cliquez sur ce lien ici, là, voilà 🙂
– vous vous connectez avec vos identifiants Facebook (plus simple, plus rapide)
– vous cliquez sur l’onglet “influenceurs” / “participants” / catégorie “bébés/enfants”
– vous me cherchez dans la liste “S-Mummy”
– vous cliquez sur le bouton orange “je vote” et vous votez pour mes deux catégories

20130513-092605.jpg

Simplisme non?

PS : Reconnaissance et gratitude se joignent à moi pour vous remercier par avance de votre soutien 🙂