Quand le piston vient coiffer au poteau les compétences !

20130415-180918.jpg

C’était vendredi… Le téléphone sonne, il décroche, mains tremblantes..

C’était un de ces coups de téléphone qui peut faire basculer une vie… Une sonnerie qu’on attend aussi impatiemment qu’on la redoute…

Je revois son sourire à l’affichage du numéro de l’appel entrant.. Je le revois sortir de la voiture à toute vitesse, s’éclaircir la voie, répondre et s’éloigner..

Je me revois ouvrir la fenêtre essayant de capter quelques bribes d’information… Après 4 mois d’attente, des échanges de mail, des entretiens téléphoniques, un bon feeling, un costard acheté, un aller-retour sur Charleroi, une rencontre de 4h, un feeling qui se confirme… Enfin on allait avoir la réponse.

Notre vie ne tournait plus qu’autour de ça… Un oui ou un non… 3 lettres qui pouvaient tout changer… Une opportunité comme on en rencontre rarement… Un secret qu’on avait du mal à garder… Un projet qu’on avait du mal à taire. Un rêve que je me refusais d’imaginer, tant la déception aurait été grande… Pourtant tout au fond de moi, je ne parvenais plus à ne pas me projeter. Je me voyais déjà m’installer dans ce petit coin de paradis, je voyais déjà mon Grizzly reprendre les rênes de l’entreprise et assurer, je me voyais élever ma fille là bas.. Au soleil, en Afrique.. Je me voyais reprendre les traces des générations de ma famille, retrouver cette vie qui me tient tant à coeur…

Et puis je le revois se tourner vers moi et me faire non de la tête…

Ces larmes que j’aurais voulu retenir déferlent sur mes joues.. L’incompréhension, la colère et la déception se bousculent y trouvant chacune leur légitimité ! Le poste il l’avait remporté haut la main… Il le méritait… Le recruteur ne savait pas comment lui annoncer la nouvelle : ” Notre décision était prise, vous aviez le job. Mais je n’ai pas pu refuser une candidature de dernière minute.. Le grand patron nous a demandé de tout arrêter, il met son fils sur le poste “.

La sentence est tombée… Adieu jolis rêves…

Alors certes la vie ne s’arrête pas là, du boulot on en trouvera ailleurs… Mais la pilule est dure à avaler !! On en verra d’autres, le pays tout rose des Bisounours, faut s’y faire, c’est juste sur la chaine Gulli…

Life goes on !!

PS : baroudeurs dans l’âme, les destination exotiques ne nous font pas peur !! … Si vous cherchez un jeune motivé qui prend plus l’avion que le train (et qui accessoirement vient de faire ses preuves au Nigeria), je peux vous faire passer un CV 🙂 !

Quand on prend la décision de se rendre aux urgences pédiatriques

20130409-160040.jpg

Un bébé qui vomit… Ça peut arriver… on laisse passer, en restant vigilant et en l’hydratant..
Quand bébé vomit 10 fois dans une journée, ça peut commencer à inquiéter…

Un bébé qui a de la fièvre… Ça peut arriver… On surveille sa température (souvent) … en analysant son comportement.. Si bébé continue à faire sa petite vie tranquillement malgré une poussée de fièvre, en règle générale, c’est pas encore l’heure de se faire du souci (ça tombe bien, j’avais session shopping)!
Quand bébé a des poussées à plus de 39, qu’il est éteint et collé à sa maman alors que d’ordinaire il est plutôt indépendant.. Ça peut suffire pour faire grimper l’inquiétude maternelle à son sommet !

Combinez les deux paramètres, ajoutez y un retour des pays tropicaux.. Et vous obtenez le portait d’une maman tourmentée, perdue, affolée se rongeant les ongles jusqu’au sang (ou se faisant sauter ses capsules tout fraichement posées – au choix) prenant sans même chercher plus loin la direction des urgences pédiatriques !

C’était la semaine dernière.. Je me souviens de chaque détail. À la sortie du TGV, ma fille brulante..
Arrivés à la maison: 39.8 de fièvre.
En voiture elle n’arrivait même plus à tenir sa tétine en bouche.

On fonce direction l’hôpital de Laveran (spécialisé dans les maladies tropicales) à Marseille en se disant qu’ils seraient les plus à même de prendre en charge ma puce … Malheureusement ils n’avaient pas de services pédiatriques.. Donc ils l’ont quand même ausculté, vérifié qu’il n’y avait pas d’urgence vitale, et nous ont envoyé à l’hôpital Nord..

Sur chacun des trajets, je ne vous explique même pas les mille et une pensées qui ont traversés mon esprit terrifié… Pensant déjà au pire avec une malaria qu’on aurait laissé trainer !

Arrivés aux urgences pédiatriques, nous avons rapidement été pris en charge… Expliqué maintes et maintes fois notre parcours et nos inquiétudes.. Inquiétudes rapidement partagées par les différents médecins que nous avons été amenés à rencontrer…

On nous annonce qu’elle va subir un bilan sanguin complet, analyse des selles et des urines, et la fameuse goute épaisse.

20130409-160241.jpg

Une fois les prélèvements effectués, on nous annonce une attente de 3h pour les résultats.. Bizarrement à ce moment là j’étais plus sereine. Mon bébé avait été examiné, s’était enfin endormi… Et il ne nous restait plus qu’à attendre..

Et puis..

2h du matin, le pédiatre nous demande de rentrer dans la chambre, de nous asseoir, elle doit nous parler.

J’ai le feu aux joues, le coeur qui cogne, les larmes qui montent… J’arrive même plus à me contrôler.. Alors que rien ne nous a encore été dit (Coeur de maman chamallow) !

Elle nous explique simplement (à ce que j’ai cru comprendre entre les lignes et en déchiffrant leur jargon médical comme si nous aussi on sortait de 7 années d’études spécialisation- termes-incompréhensibles) : il y a un truc bizarre aux niveau des analyses sanguines, on ne sait pas quoi. Le labo pour la goute épaisse est fermé la nuit. Va falloir faire des examens complémentaires. Il faut l’hospitaliser. On doit la perfuser. Merci. À demain !

20130409-160556.jpg

Waow, prends toi ça dans les dents, digère le, essaye de refaire surface, récupère un semblant de dignité, assure, t’es une maman m*rde !

Bref, on monte en chambre. On passe une nuit agitée. Avec un seul lit accompagnant et un lit cage pour bébé.. On s’est retrouvé le lendemain matin avec un Grizzly qui avait passé la nuit à même le sol, et moi contorsionnée dans le lit accompagnant pour faire un peu d’espace à une Loulou enroulée à sa perf.

Pas de nouvelles des médecins jusque 17h.. Autant dire que l’attente était interminable.. Heureusement je voyais que ma fille reprenait du poil de la bête.. Recommençait ses sourires de clown.. Avait envie de bouger.. Bref je regagnais confiance.

20130409-160718.jpg

À 17h on nous annonce que la malaria est définitivement écartée (je fonds de soulagement), et qu’ils vont continuer à chercher dans les maladies tropicales (typhoïde etc…). On nous annonce aussi qu’on devra encore surement rester en observation encore au moins 48h. La nuit l’équipe baisse le débit de la perfusion, elle refait une poussée de fièvre, on lui administre du Doliprane, elle dort comme un ange.

Le lendemain, le médecin d’astreinte nous rend visite. On lui explique les événements.. Il nous rassure en nous disant que les maladies tropicales les plus communes sont écartées. Qu’elle a surement attrapé un virus dans l’air.. Qu’on va lui enlever sa perf dans la matinée, et qu’on pourra partir à midi (????). Entre un médecin qui voulait nous garder encore au minimum 48h et lui qui nous relâche le lendemain matin.. Y’a comme une incohérence.. Mais voyant ma fille courir partout en l’absence de sa perf, retrouvant sa joie de vire.. J’ai pas hésité, fais mes valises, et pris le chemin du retour home-sweet-home.

20130409-161005.jpg

10h aux urgences, 48h à l’hôpital, un bébé perfusé, un coeur de maman ayant subi un sacré yoyo émotionnelTout ça pour ne pas avoir su finalement ce qui l’a tracassée.. Mais le principal dans le fond était d’avoir une réponse négative associé aux maladies tropicales… Ça, c’est fait !

Vis ma vie de maman expatriée | Si tout se passait bien… Ça se saurait !

20130319-170136.jpg

24h de trajet…. Non mais 24h quoi !!!!!

– 16h on quitte la base-vie
– 17h on arrive à l’aéroport
– 17h10 on fait la queue pour s’enregistrer
– 17h12 je cours déjà derrière Loulou dans le hall
– 17h20 je veux prendre un biscuit … Que j’ai bien sûr rangé au fond de mon trolley
– 17h40 on va s’enregistrer
– 18h on va en salle d’embarquement
– 18h30 on a fini notre tour duty free
– 19h on va manger
– 19h30 on a fini
– 20h on va à la porte d’embarquement
– 23h on monte dans l’avion
– 23h50 l’avion démarre
– 23h52 les moteurs s’éteignent
– 00h10 le commandant nous dit que l’avion a un problème technique
– 00h40 le commandant nous dit qu’il appelle l’équipe technique
– 1h20 le commandant nous dit que le problème moteur va être résolu
– 1h40 le steward nous offre un verre d’eau (wahou le service !!)
– 1h55 je suis en passe de manger ma tablette tellement je suis à cran
– 2h20 c’est réparé, le commandant attend le nouvel itinéraire de vol
– 2h55 on décolle
– 8h30 on atterrit
– 8h50 on se prend le crachin parisien en pleine figure
– 9h on nous annonce au bureau Air France qu’on ne pourra pas embarquer dans le vol de 9h35 pour Marseille, il va falloir attendre celui de 13h
– 9h30 on va manger un Panini (oh que c’était bon!!!!!)
– 10h on se relaye pour aller au fumoir, on en ressort avec le tournis
– 10h32 on va en salle d’embarquement
– 11h j’ai l’impression que le temps se moque de moi tellement il passe lentement
– 12h35 on embarque
– 13h10 on décolle
– 13h20 on nous annonce des turbulences
– 14h on entame ma descente
– 14h10 je me cramponne à mon siège, ça secoue, je vois pas la piste, mais je vois la mer déchainée !
– 14h45 les roues touchent le sol
– 15h10 on récupère les bagages
– 15h20 on a toujours pas la poussette
– 15h56 on nous annonce qu’elle est sur Paris
– 16h on part… Épuisés mais heureux d’être ENFIN arrivés 🙂 !!

Depuis notre arrivée :

– Je me bats avec Loulou pour lui faire enfiler des collants et un pull,
– On vit dans un 35m2… Ça nous change de notre 6 pièces/3 salles de bain,
– On a englouti un MacDo comme si on avait plus mangé depuis 5 mois,
– J’ai été faire du shopping et je flotte dans un 36,
– J’ai redécouvert la joie des nuits hachées,
– On a tous un rhume,
– J’ai appelé le pédiatre qui m’a donné RDV à 14h et qui m’a précisé “Je prends par ordre d’arrivée” …. Vous pensez que je dois lui donner la définition du mot Rendez-vous ou c’est pas nécessaire?

Et accessoirement dans tout ça… On a plus 5 minutes de libre 🙂

Bref.. On est de retour !!!

Tu sais que tu es expat en Afrique quand….

20130314-135514.jpg

– Voir des singes débarquer et saccager ton intérieur fait partie de ton quotidien
– Tu payes ton paquet de lardons 15€
– Tu peux oublier les soirées télé en cas de pluie
– Tu ne te formalises plus de boire un café sucré aux fourmis
– Tu te rends compte de la chance que c’était d’avoir un maxi débit internet (payes ta galère pour le téléchargement d’une vidéo de 7Mo)
– Tu t’habitues aux 10 coupures de courant journalières
– Courir pieds nus sur les graviers devient normal (même pas mal)
– Tu ne t’étonnes plus de voir ton chauffe bain en flamme dehors à cause de la foudre
– On ne t’y reprendra plus à boire l’eau du robinet
– Trouver un gecko dans ton tiroir à chaussettes ne te fais même plus sursauter
– Tu manges du poulet du lundi au dimanche
– Tu baves devant les pubs MacDo à la télé
– Tu ne sais même plus quelle sensation ça fait d’enfiler un pull
– La nuit tombe CHAQUE jour à 18h30 précise

20130314-140257.jpg

– Les carrelages bariolés de la salle de bain te font toujours aussi mal aux yeux
– Tu sais que tu devras patienter, au bas mot, 30 minutes quand on te dit :”j’arrive”
– Tu te badigeonnes d’anti-moustiques avant chaque sortie (enfin, les 3 premiers jours!)
– Tu fais une overdose d’ananas, de fruits de la passion et de noix de coco
– Tu deviens une maniaque des chaussures et que tu les tapes comme un forcené avant de les enfiler (#risque-de-scorpions-inside)
– À peine sorti de ta douche tu es déjà moite et dégoulinant
– Tu ne comptes plus le nombre de devises différentes que tu as dans ton porte-monnaie
– Tu va faire tes courses avec une liasse de billets digne de Rothschild dans ton sac
– Tu te sens soudain hors du temps (Le Harlem Shake, mais c’est quoi???)
– Tu prends les nationales à contre-sens histoire de pas rester bloqué dans les embouteillages
– Sortir avec une escorte militaire devient d’une banalité légendaire
– Tu mets ton vin rouge au frigo histoire qu’il “passe” mieux
– Tu payes ton paquet de clopes 1€ symbolique
– Quand tu “scratch gently” 10 cartes, quand tu rentres 10 fois un code à 20 chiffres, pour avoir tout juste 5€ de forfait téléphonique …
– Tu fais des phrases où 3 langues se mélangent (yes, heu, bring me the passoire pata pata please, SVP, moracoze chane)
– La vue des câblages électriques te fait plus peur qu’une araignée trouvée dans ta baignoire !

20130314-140839.jpg

Une année passée au Nigeria ça marque, je vous le dis !! J-2 avant le retour en France (enfin je dis ça, mais on a toujours pas nos billets d’avion!), j’en suis presque nostalgique (hem!).

Allez je propose à :
Maman chat (Gabon)
Baby meets the world (Barcelone)
Working mum (Tout juste rentrée de La réunion)
Sophia et Camille (Asie)
Je veux une tite soeur fille (Canaries)
de se prêter au jeu !! #Expat-team-powaaaa

Bon j’en ai surement oubliées alors n’hésitez pas à me faire signe si le coeur vous dit de participer !

Acné, Ô Traitresse Ennemie !

20130306-160713.jpg

Aujourd’hui, un ami a décidé de me complimenter. J’ai eu droit à un magnifique “tu es ravissante”.. Ce à quoi je bredouille un “merci” cachée derrière mes solaires XXL et ma capeline.. Non pas que je n’aime pas les compliments (bon, c’est vrai que je suis toujours assez mal à l’aise quant on m’en fait, mais faut avouer qu’au fond ça fait toujours plaisir), disons simplement que c’était pas le jour… D’ailleurs quand on en a reparlé avec le Grizzly le soir-même, il m’a quand même lâché : “ouais, j’ai pas compris non plus” …. BIM #ramasses-tes-dents ! Devant ma mine dépitée, il a essayé de s’en sortir à coup de : Non-mais-c’est-pas-ce-que-j’ai-voulu-dire. Y’a-quand-même-des-jours-où-tu-es-plus-en-forme... Blablabla …

En même temps je peux pas lui jeter la pierre !!

Non mais allooooooo (poke chaton) !!! C’est quoi cette figure d’ado prépubère que je me frappe là?? Si ça fait quelques jours que je fuis mon reflet, là c’est carrément L’Évidence elle-même qui m’a tendu un miroir !! À croire que je viens de faire un bon en arrière, me replongeant dans l’adolescence, avec en bonus une peau joliment auréolée d’acné..

Bon c’est quoi cette nouvelle excentricité encore??

Le pire dans tout ça, c’est que même ado j’ai jamais eu beaucoup d’acné. Admettons, un bouton de temps en temps. Vu que c’était le seul, c’est vrai qu’on pouvait pas le louper, mais disons qu’à coup d’anti-cernes de crème correctrice j’arrivais quand même à facilement l’estomper. Bref, tout ça pour dire que j’ai jamais vraiment été traumatisée par une horde de point blancs qui seraient venus prendre d’assaut mon minois. Moi qui étais si fière de n’avoir jamais eu à acheter un flacon de Biactol… Je tombe de haut !

À croire que Dame Acné s’est réservée l’immense honneur (perfide qu’elle est!) de venir s’installer sur mon front (menton, nez, tempes…) sans aucune invitation (et impolie avec ça!) avec quelques années de retard. Comme si je devais payer le prix de ses oublis passés. J’ai bien envie de lui dire que ce n’est pas de ma faute si elle zappé de venir s’épancher sur mon cas jadis,mais premièrement je doute qu’elle soit disposée à entendre mes arguments et deuxièmement de tout façon, là, le mal est fait ! Certes la situation est loin d’être critique (oui je viens de taper “acné” dans Google Image, je suis partagée entre soulagement et nausées) m’enfin bon.. C’est pas une excuse pour s’incruster quand même !

Non mais franchement! Mon visage est devenu un squat et je suis coincée au fin fond du Nigéria sans aucune solution miracle (forcément vous comprendrez bien que j’ai fait l’impasse sur l’attirail “0 boutons” en faisant mes valises.)... C’est ballot !!

Voilà, fallait que ça sorte (c’est de circonstance, n’est-ce-pas ?)…

Enfin bon, si vous une solution naturelle (sans chercher trop loin hein, faut que je puisse trouver ça dans ma cuisine ou dans ma salle de dent) je suis preneuse 🙂 !

***

Hop j’édite avec quelques solutions partagées par des lectrices compatissantes :
– Un peu de dentifrice qui va venir assécher le bouton,
– Application d’argile verte en poudre,
– Prendre un citron, le couper en deux et appliquer plusieurs fois par jour,
– Application de jus de persil frais sur la zone,
– Nettoyer la peau au vinaigre blanc.

Non, non, on prépare pas un atelier culinaire, je vous jure !!

Il y a de ces matins tout doux…

Capture d’écran 2013-03-05 à 16.31.17

Il est de ces matins plus doux que les autres. Tout se fait au ralenti et sans savoir pourquoi on croque chaque bonheur offert à pleine dent.

Ce matin j’ai aimé être réveillée avant que le réveil tonitruant du Grizzly retentisse et ne me mette déjà de mauvaise humeur ! J’ai pu alors lui couper l’herbe sous les pieds et réveiller moi-même doucement l’homme.

Pendant qu’il prenait sa douche je me suis rallongée et me suis perdue dans mes pensées.

Comme chaque matin, Papa Ours est allé chercher Loulou dans son lit et a pris son petit déjeuner avec elle. Moi depuis ma chambre, j’entendais simplement les céréales qui croustillaient en chœur dans chaque bouche, ponctué de temps en temps d’un petit rire.

Je leur laisse ce moment de partage à deux et je profite de ces 15 minutes de tranquillité à moi, rien qu’à moi.

Et puis ce matin, contrairement à d’habitude, rien ne s’est emballé. Je n’ai pas eu une Loulou qui est venue se jeter sur moi avec une bouche remplie de lait et qui a pleuré le départ de son papa. Qui se triturait le pyjama pour que j’aille la changer, ou qui s’amusait à me mettre les doigts dans les yeux en essayant de m’arracher les cils.

Non, elle a simplement accompagné Grizzly à la porte, et puis m’a rejoint. De ces yeux encore plein de sommeil elle m’a fait comprendre qu’elle ne grimperait pas toute seule sur le lit. Je l’ai prise dans mes bras et elle s’y est nichée. Elle qui n’aime pas trop les câlins (du moins pas trop longtemps) elle est restée là, contre moi, tout contre moi.

Et elle s’est rendormie juste comme ça. J’ai même pu l’entourer de mes bras de maman plein d’amour. Une petite heure tout douce, où j’ai câliné ses mains et reniflé sa peau de bébé, comme le présage d’une belle journée !

Quand ses grands yeux rieurs se sont ouverts, on s’est échangés nos premiers sourires.. la journée pouvait alors commencer…

Voilà, c’était ma participation aux Mardis tout doux de Maman@Home 😉 !

Occuper bébé dans l’avion – je dégaine mon atout !

20130305-082704.jpg

Vous savez quoi? J’angoisse déjà à l’idée du départ !! Pourtant c’est pas comme si j’en étais à mon premier vol avec bébé… C’est dans deux semaines, mais je sens déjà cette boule se former dans mon estomac…. Je suis découragée avant même d’avoir commencé mes valises… L’idée de tout faire rentrer, de tasser, d’organiser, d’optimiser l’espace !! J’oblige déjà mes neurones à des exercices d’assouplissements (bon c’est pas l’entrainement militaire, mais je sais me montrer persuasive / “allez les nanas, on s’active là !! on roule bien des épaules, et avec un plus d’entrain SVP !!! Bande de feignasses !”) pour éviter les courbatures après le marathon valises-aéroport-départ-avion-transit-avion-arrivée.. Et ouais ça demande juste une gymnastique des méninges dantesque toute cette histoire … Surtout avec un petit koala surexcité accroché à nous !!

Va encore falloir que j’enfile mon costume de super-woman pour tout gérer … Remplir les valises plus vite que ce que loulou ne me les vide, peser les bagages sans excéder le poids imposé, nettoyer les geysers de vomis d’une loulou barbouillée pendant le trajet en voiture, rester aimable face à des douaniers insistants… mais tout ça c’est easy à côté DU challenge : occuper Loulou pendant nos 7h d’attente à l’aéroport, pendant nos 6h de vol, pendant nos 2h de transit, et enfin pendant l’ultime heure de vol !! Autant vous dire que je vais dégainer THE argument !!!!! J’ai nommé, j’ai désigné, je me suis inclinée devant l’iPad !!!

Et oui nous sommes vraiment des victimes de la Déesse Technologie !! Et ma petite Loulou de 16 mois y a trouvé une source d’occupation et d’inspiration quasi inépuisable, et je ne vais pas vous cacher que parfois ça me rend bien service !! Elle manipule sa (ouais faudrait pas exagérer non plus!) notre tablette avec toute la dextérité que son jeune âge permet. Franchement elle m’épate !!! Bon, si déverrouiller l’engin la laisse encore un peu perplexe (ou alors simple fainéantise? J’hésite encore…).. Le reste elle gère !! Elle sait slider les pages, elle sait ouvrir SON dossier, elle sait ouvrir SES applis, elle s’amuse à découvrir les fruits, les formes, et tarter ce pauvre Talking Tom sans ménagement… Parfois elle va aussi à la découverte … Elle m’ouvre Skype, tapote des messages où les consonnes se bousculent les unes aux autres, et discute avec des amis perdus de vue… Bref que du bonheur ! Bon je reste très vigilante quant au temps passé devant l’écran (#ModeMamanResponsableActivé).. Et surtout aux manipulations hasardeuses de bébé.. Je crois que si en rentrant du boulot Grizzly voit une rayure sur son écran, c’est moi qu’il risque de rayer ..

Tout ça pour dire que je détiens peut-être l’arme par excellence pour un voyage réussi … Au moindre signe d’énervement, je la laisserai se défouler sur ce pauvre Tom. Au moindre signe de fatigue je lance Pabobo et ses veilleuses multicolores, au moindre signe d’ennuiement je la laisse jouer sur Baby-Bus à reconnaitre la Pitaya du Durian (où ils vont chercher leurs fruits les concepteurs sans déconner? Ça pue le pari ouais !! )

Allez, franchement, il est pas au top mon plan ?? (Par contre je décline toute responsabilité pour les nuisances sonores.. Forcément un jeu sans son, c’est beaucoup moins marrant !! Mais bon vous préférez le combo pleurs/chouinements??)

2 lots trop mimi à gagner jusqu’au 20 mars par ici 😉

Vis ma vie de maman expatriée – Mes indispensables pour bébé

20130227-084300.jpg

Voici ma check-list (non exhaustive) des petites choses que je conseillerais de prendre pour un départ en Afrique (moyenne ou longue-durée) avec bébé.

Mes indispensables :
– CasquetteS
– Chapeau
– Maillots de bain
– Un petit set de jeu de plage (seau, tamis, râteau, pelle)
– Crème solaire (mustela bébé/enfant)
– Crème après soleil (mustela bébé/enfant)
– Anti-moustiques bébé (moustidose dès 6 mois)
– Patchs diffuseurs (Mousti Fluid)
– Moustiquaire
– Sandales ouvertes (avec lanière pour protéger les orteils)
– Siège auto (prix fou en Afrique, qualité chinoise)
– Plusieurs tétines (en cas de perte)
– Attache tétine (qui s’accroche bien aux vêtements !)
– Couches (un petit stock)
– Lingettes humides (idem)
– Quelques petits pots industriels (voyages, déplacements…)
– Biberons
– Goupillon
– Poussette tout-terrain (mes plus : dossier qui permet de s’allonger, panier de rangement)
– DES PILES (pas toujours facile à trouver…et quand on est à court, bonjour la cata!!)

Trousse pharmacie :
– Doliprane sirop (pays chaud, privilégiez les sirops)
– Advil sirop (en cas de fièvre)
– Adiaril (en cas de diarrhée)
– Tiorfan (en cas de diarrhée)
– Urtigel (en cas de démangeaisons suite à des piqures)
– Thermomètre (classique)
– Crème pour le change (type bepanthen ou mitosyl + liniment)
– Rinotrophil (petit rhume)
– Mouche bébé (manuel)
– Talc (pays humides)
– Suppo glycérine + Duphalac ou Importal (constipation)
– Kit pansements / désinfectant
Médicament Coartem (mon INDISPENSABLE en cas de suspicion de malaria !! Il faut savoir que suivant les coins en Afrique, la Malaria (le Paludisme) est de plus en plus résistante. Parfois, elle ne se détecte qu’après 3 (voire 4, 5…) gouttes épaisses. En sachant qu’elle peut être fulgurante et mortelle passé un délai de 48h, je ne prendrai plus aucun risque pour ma fille. Si une grosse fièvre ne passe pas, je lui donnerai les cachets. J’ai pris cette décision à la suite du décès de la fille (2 ans) d’une amie dont la malaria n’a pas été détectée à la goutte et aux analyses).

Pour le quotidien :
– Vêtements légers
– Babygros coton
– Chaussettes + t-shirts manches longues + pantalons pour le soir (couverture maximale / moustiques)
– Serviettes et capes de bain
– Produits de toilette (sérum phy, gel dermo-nettoyant)

Ce qui ne m’a jamais servi :
– Combinaison plage (jamais réussi à lui enfiler / pas pratique)
– Sandales plage (impossible de les lui maintenir aux pieds)
Vous me direz, c’est pas ça qui a pris de la place dans ma valise….

Pour aider bébé à gérer le changement d’environnement :
– Prendre quelque uns de ses jouets préférés, pour le bain aussi,
– Recréer un espace personnel rassurant, notamment son lit (ses doudous, son mobile, ses peluches, son tour de lit habituel, sa veilleuse…),
– Le rassurer, lui expliquer, ne pas chambouler ses habitudes.

À savoir :
– Bébé a besoin de son propre passeport pour voyager,
– Prenez toujours votre livret de famille avec vous et un acte de naissance, on ne sait jamais!
– Bébé n’a pas besoin de son carnet jaune avant ses 1 an. Après il faut penser à le faire vacciner contre la fièvre jaune et emporter le carnet avec soi.

Et sinon, des histoires de maman expatriée y’en a aussi par ici :
Préparer un départ avec bébé
Boucler les valises avec bébé
Voyager en avion avec bébé
Anecdotes bébé en Afrique

De ces nouvelles qui glacent le sang…

20130224-144041.jpg

Depuis bientôt un an, nous sommes exilés au Nigeria pour le projet professionnel du Grizzly (poke Framboise) … Je n’ai jamais eu peur de quitter mon confort, je n’ai jamais eu peur de voyager, je n’ai jamais eu peur de découvrir un nouveau pays. Notre vie n’est pas des plus faciles ici, c’est vrai. On vit enfermé, on ne peut pas sortir sans gardes du corps armés, on est privé temporairement de notre liberté. Mais tout ça, on fait avec. Le plus important étant, pour nous, de rester tous les 3. Et pour moi il n’y a pas de plus grand bonheur que de voir le sourire de ma fille quand Papa Ours franchit la porte de la maison après sa journée de travail. Je cultive bien précieusement tous ces moments qu’on partage en famille, c’est mon bonheur à moi. Finalement, je me suis toujours sentie en confiance ici, sans jamais ressentir de danger, malgré tout ce qu’on entend sur le pays.

Mais aujourd’hui j’ai été bouleversée.. Aujourd’hui j’ai eu peur quand j’ai entendu aux nouvelles ce tragique enlèvement d’une famille et de ses quatre enfants au Nigeria. Je n’ai pas pu m’empêcher de me projeter. Oui nous sommes en “sécurité”, oui nous sommes bien “entourés”.. Mais qui peut parier sur l’avenir en toute confiance? Aujourd’hui je n’ai plus peur pour moi, mais je tremble pour ma fille. Les larmes me sont montées aux yeux quand j’ai entendu cette tragédie aux infos, j’ai été prise de crampes abdominales quand j’ai entendu que les enfants avaient été séparés de leurs parents. Je ne peux même pas imaginer leur désarroi, l’incompréhension et la terreur des plus petits.. Comment peut-on en arriver là?

Ma fille c’est toute ma vie… Alors j’ai peur! Je me surprends à l’observer du haut de toute son innocence avec inquiétude, je me surprends à la serrer très fort contre mon coeur alors qu’elle est sagement en train d’empiler ses légos, je me surprends à sursauter au moindre bruit sourd, je me surprends à avoir le souffle coupé en m’imaginant que ça puisse nous arriver…

Ça me perturbe, ça m’inquiète, ça me terrasse…

Alors je regarde autour de moi, tout est calme. Dans le golf, les derniers brins d’herbes verts résistent tant bien que mal aux rayons de soleil, le sourire est toujours présent sur les visages, les gardes se baladent nonchalamment avec leur Kalashnikov à bout de bras, les enfants courent et s’amusent, l’ambiance est sereine.. Oui, sereine.

J’essaye de me détendre entre compassion et impuissance, mais je ne peux m’empêcher de penser à cette famille perdue, isolée et dont le destin leur échappe…

20130224-144313.jpg

20130224-144206.jpg

Retrouvez moi aussi sur Facebook

Vis-ma-vie de maman expatriée – bébé en Afrique

20130221-154538.jpg

– Je n’ai plus peur du rhume, mais du paludisme,
– Je n’ai plus peur des voitures, mais des vélos,
– J’ai peur des chutes de noix de coco,
– Je passe mon temps à répéter que non ma fille n’est pas un petit garçon (je pensais pourtant que la robe, la couette, et le rose seraient des indices assez explicites),
– Je couvre ma fille à l’intérieur et la découvre pour sortir (bonjour le choc thermique entre la clim à 25° et la température extérieure à 40°),
– Ma fille a goûté au fruit de la passion avant même de savoir ce qu’était une pomme,
– Elle n’a peur ni des serpents, ni des caméléons,
– Elle comprend aussi bien le français, que l’anglais, que le Swahili,
– Elle se balade en jupe et sandales toute l’année,
– J’ai appris à ne plus me formaliser quand ma fille patauge avec bonheur dans une flaque de boue, ou malaxe de la terre pendant des heures,

20130221-154527.jpg

– Elle est super sociable et passe son temps à secouer sa petite main dès qu’elle aperçoit quelqu’un et ils lui rendent bien,
– Elle joue avec les singes alors qu’elle ignore presque ce qu’est un chat,
– Ici elle est surnommée Lea-Brousse par son tonton Brousse,
– Elle est toute penaude quand elle court à la rencontre d’enfants africains et qu’ils s’enfuient en courant parce qu’ils ont peur des bébés européens,
– Elle prend parfois son bain dans une bassine au milieu du jardin,
– Elle a déjà fait du camping,
– Je lui ai appris à ne pas avoir peur du noir, et à me donner sa veilleuse pour la mettre à charger tous les matins en cas de coupure de courant,
– Elle passe son temps à jouer dehors, à courir et essayer d’attraper les lézards,
– C’est une casse-cou qui part à l’aventure et n’a peur de rien,
– Sa comptine préférée c’est “brousse, brousse, j’aime la brousse et la jolie savane”,

20130221-154521.jpg

J’ai tordu le cou aux idées reçues comme quoi c’est “inconscient” et “dangereux” d’emmener un bébé en Afrique. Elle y est heureuse, et nous aussi !!

20130221-150439.jpg

Rejoignez moi sur Facebook 🙂